5 comportements inattendus qui sont mauvais pour votre cerveau


119


Au fil du temps, nos capacités cognitives (mémoire, planification, raisonnement, etc.) commencent à décliner. Il est généralement admis que le déclin cognitif commence après l’âge de soixante ans. Pourtant, les chercheurs de l’INSERM estiment que le processus commence bien avant, les difficultés de raisonnement et de mémorisation s’installant lentement vers nos 45 ans. Les premiers changements dans le cerveau avant l’arrivée de la démence surviendrait également quinze à vingt ans avant le diagnostic de la maladie. De plus, le vieillissement du cerveau est un processus naturel et inévitable. Pourtant, avant même la vieillesse, il est nécessaire de réfléchir à son parcours de vie, et notamment à ces comportements apparemment anodins qui accélèrent le vieillissement du cerveau.

1) Mangez des aliments transformés

En octobre 2021, une étude de l’Ohio State University a établi un lien direct entre les produits alimentaires industriels et la santé du cerveau. Au cours de ces travaux, ils ont déjà fait consommer à des rats vieillissants des produits ultra-transformés sur une période d’un mois. Ils ont alors observé une forte réponse inflammatoire dans leur cerveau ainsi que des pertes de mémoire. Pourtant, bien avant ces recherches, de nombreux scientifiques avaient déjà alerté sur l’effet néfaste de ce type de régime sur nos 80 milliards de neurones.

boissons sucrées au sucre
Crédits : iStock

Logique : nos apports nutritionnels permettent à ce moteur bien huilé qu’est notre cerveau de s’alimenter au maximum et de rester en bonne santé. Or, les graisses saturées et les sucres (aliments dits obésogènes) perturbent certaines capacités de mémoire dès l’enfance et augmentent le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Alors, Qu’est ce qu’on mange ?

Du fait maison au maximum pour limiter les matières grasses, le sucre, le sel ainsi que les édulcorants, conservateurs, colorants et autres additifs présent en abondance dans les aliments industriels. Faites la part belle aux poissons gras riches en oméga-3, aux aliments riches en fer, aux antioxydants (polyphénols notamment) et à l’eau, indispensable au bon fonctionnement de cet organe.

2) Être seul, parmi les comportements dommageables pour le cerveau

fenetres femme
Crédits : Unsplash/Alexandre Chambon

Une étude publiée dans la revue Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre explique que l’isolement social pourrait avoir des effets néfastes sur le cerveau. Être seul pendant une longue période peut en effet freiner la stimulation cérébrale et réduire la génération de nouveaux neurones. Réaliser des projets et des activités avec ses proches peut aussi être très bon pour maintenir nos capacités cérébrales et les protéger du vieillissement. En 2010, des chercheurs expliquaient dans Gen Psychiatry que «avoir des liens étroits avec les amis et la famille et participer à des activités sociales significatives peut aider les gens à mieux maintenir leurs capacités de réflexion plus tard dans la vie et à ralentir le déclin cognitif“.

3) Écoutez de la musique très forte

bienfaits de la musique humeur plaisir sourire
Crédits : Pexels

Cela peut paraître surprenant, mais écouter de la musique très fort peut avoir des conséquences néfastes sur le cerveau. Cela induit en effet une perte auditive, un trouble lui-même directement lié à la démence. Selon le Dr Frank Lin de l’université Médecine Johns Hopkins« les scintigraphies cérébrales nous montrent que la perte auditive peut contribuer à un taux plus rapide d’atrophie dans le cerveau“. Mieux vaut baisser un peu le son !

4) Ne pas dormir suffisamment, également l’un des comportements dommageables pour le cerveau

femme qui dort sur le côté dormir
Crédits : iStock

Certes, on entend souvent dire qu’avoir un sommeil de qualité est important pour notre santé cérébrale. Cependant, on ne prend pas toujours la mesure de l’importance de cette bonne habitude. Pourtant, comme le rappelle la Fondation de recherche Alzheimer : «Le manque de sommeil ou les apnées du sommeil peuvent entraîner des problèmes de concentration ou de mémoire. De plus, c’est pendant le sommeil que le cerveau évacue ses déchets, notamment les protéines bêta-amyloïdes.“. Dormir moins de sept heures peut donc sérieusement affecter nos capacités cognitives de différentes manières.

5) Être sédentaire ne lui rend pas service non plus.

à la maison espace détente canapé
Crédits : iStock

Plusieurs études scientifiques ont déjà démontré qu’il existe une lien clair entre déclin cognitif et mode de vie sédentaire. Pour une bonne santé cérébrale, il est donc généralement conseillé d’avoir une activité physique quotidienne modérée (au moins trente minutes par jour). L’avantage de cette bonne habitude, c’est qu’elle est aussi très bénéfique pour tout notre corps, pas seulement pour le cerveau !




Like it? Share with your friends!

119